Apple : "Epic est responsable de sa propre destruction !" (et de plein d'autres choses)

Entre deux keynotes, Apple vient de répondre aux dernières demandes d'Epic Games, visant à remettre Fortnite sur l'App Store. Bien que fort longue, sa réponse n’en est pas moins connue. Pour Cupertino, les dommages invoqués par l’éditeur sont entièrement de son fait. Elle serait même tout à fait disposée à ce que le titre revienne (c’est quand même contradictoire avec sa demande de résiliation judiciaire), à condition de supprimer la pomme de la discorde, à savoir le système de paiement direct.


« Epic a allumé un incendie, a mis de l'essence dessus, et demande maintenant à la Cour une aide d'urgence pour l'éteindre », évoque-t-elle de manière imagée avant de rappeler qu’il« aurait pu éviter tout autre dommage [...] avec une simple pression sur une touche ».



Cupertino de surenchérir « Epic tient ses propres clients en otage pour obtenir un effet de levier dans un litige commercial » et de s'en tenir à son argumentaire de départ : Apple fournit un service via l'App Store, en application de CGV et d'un contrat en bonne et due forme. En contournant ce cadre auquel il avait consentit, Epic a rompu le contrat de manière unilatérale.


Apple en profite pour avancer quelques arguments subsidiaires, comme le déclin de popularité de Fortnite. En juillet 2020, l'intérêt pour le jeu aurait diminué de près de 70% par rapport à octobre 2019. Ce procès ferait donc partie d'une vaste campagne de marketing conçue pour raviver la flamme des joueurs, qualifiant l'opération de« blitz média »planifié.


Enfin, Apple note qu'iOS représente seulement 10% des revenus générés par Fortnite. Epic aurait même déclaré qu'Apple était le « plus petit morceau du gâteau », ce qui irait à l'encontre de la notion de « préjudice irréparable » avancée.






3 vues