Une ado met le doigt sur un dangereux malware installé sur 2,4 millions d’appareils Apple et Android


L’alerte a été donnée par une ado, utilisatrice de TikTok. Cette dernière est tombée sur un compte douteux faisant de la publicité pour une application pas très honnête.


Avast a pu mettre le doigt sur un malware qui s’est avéré avoir été téléchargé sur pas moins de 2,4 millions de smartphones tant Android qu’Apple. Le logiciel malveillant a été repéré par une adolescente dont l’âge n’a pas été communiqué. Pendant qu’elle naviguait sur l’application TikTok, la jeune fille est tombée sur un compte faisant la pub pour une application qui proposait des images de fond d’écran, du téléchargement de musique. Méfiante, elle a contacté “Be Safe Online”, un projet présent en République tchèque visant à sensibiliser et éduquer les enfants sur la sécurité en ligne. Les équipes de Be Safe Online ont immédiatement prévenu Avast, qui au passage a remercié la jeune fille : « Nous remercions cette jeune fille qui nous a signalé ce profil TikTok, a déclaré Jakub Vavra, un expert chez Avast. Sa prise de conscience et son action responsable sont le genre d’engagement dont nous devrions tous faire preuve pour faire de la toile un endroit plus sûr. ».


Au final Avast a découvert 11 applications infectées par ce malware. Bourrées de publicités non sollicitées, les icônes de ces applications se rendent invisible donnant du fil à retordre pour les désinstaller. Les chercheurs d’Avast ont aussi pu identifier les utilisateurs de TikTok et d’Instagram faisant la promotion de ces applications, ils avaient déjà pu encaisser 500 000 dollars grâce aux applications parfois facturées entre 5 et 10 dollars. Les deux réseaux sociaux ont été contactés afin que les comptes concernés soient supprimés. TikTok a tout de suite réagit et supprimé les comptes concernés, pour Instagram le compte comptant des centaines de milliers de followers était, semble-t-il, encore visible.


Du côté de l’App Store et du Play Store, le ménage a été totalement fait pour Google alors que certaines applications sont encore présentes sur le magasin d’application de la marque à la pomme.